Elysium.jpeg
On dirait pas comme ça sur l'affiche, mais le personnage joué par Matt Damon est en train de mourir à cause d'irradiations intenses.

Petit résumé d'Elysium

Voici un petit résumé pour vous situer la scène qui nous intéresse, et qui devrait éviter de trop vous spoiler le film. Le héros du film se nomme Max, simple ouvrier sur la Terre devenue une sorte de bidonville géant. Celui-ci apprend qu'il ne lui reste plus que cinq jours à vivre. Il cherche alors, à n'importe quel moyen, à accéder à la station spatiale nommée Elysium. Celle-ci représente le lieu de vie idéal. Enfin, selon les standards américains du début du XXIe siècle en tout cas : des grands manoirs avec piscine, des belles routes toutes droites, quelques arbres, et des pelouses vertes parfaitement tondues (bien que cette dernière tâche soit considérée comme la plus pénible selon un sondage aux Etats-Unis, à moins qu'elles ne soient simplement teintes en vert). Et ce en continu sur un anneau d'un périmètre d'environ 210 km (d'après une estimation rapide à partir de la vitesse de rotation observée).

Elysium2.jpg
L'environnement de vie idéal ressemble quand même pas mal à n'importe quelle banlieue pavillonaire haut de gamme américaine.

L'appareil du futur : le "Med-Bay"

Bref, Max cherche à atteindre la station Elysium car elle possède des appareils médicaux ultraperformants nommés Med-Bay ou Med-Pod. Ces appareils sont capables de diagnostiquer et de soigner à la fois, voir même de faire "rajeunir" les humains. On peut voir cette machine fonctionner dans cette vidéo Youtube, qui nous servira à décrire cette machine idéale. Elysium_MedBay2.jpeg

En 2154, on pourra avoir un MedBay personnel dans son salon (source)

Cette machine, comme l'ont conçue les créateurs, consiste en une couchette sur laquelle s'allonge le patient. Le design, blanc et très épuré, s'inspire pas mal des machines actuelles. D'ailleurs, je me demande si cette tendance continuera dans les prochaines années : après tout, à la fin des années 90, Apple est sorti du gouffre en sortant ses iMac très colorés - mais cela fera sans doute l'objet d'un prochain billet.

iMac_3q.jpg
Un iMac G3 de 1998 (source)

Bref, le Med-Bay arrive à lire instantanément le nom de la petite fille malade, alors que c'est la première fois que celle-ci entre dans un tel appareil. Bon, on peut raisonnablement supposer que l'info, stockée dans une puce ou un tatouage, est facilement lisible. Elle arrive aussi à déterminer le sexe du patient, peut-être de la même manière.

Une sorte de capteur de la longueur du corps tourne ensuite à 360° autour du patient, ce qui permet d'afficher une image à trois dimensions de son corps, à l'instar d'une IRM. Remarquez cependant que, pour une raison inconnue, ses bras ne sont pas imagés - peut-être que la machine a réussi à deviner que les bras ne présentent aucun problème...
(Heureusement, car la fille bouge les bras à la fin du traitement, comme on le voit entre les instants 0:20 et 0:27...)

Elysium_MedBay.png
Oh mon dieu, est-ce que cette petite fille malade va pouvoir être soignée par la machine révolutionnaire ?

Ensuite, le diagnostic parfaitement fiable est réalisé instantanément : la fille a une "leucémie aigüe lymphoblastique", c'est-à-dire qu'un pourcentage important de ses globules blancs ne peut plus assurer de fonctions immunitaires, à cause d'un défaut de développement (merci Wikipédia) . Le traitement commence immédiatement, avec l'écran indiquant un obscur "Re-atomizing". Le capteur initial tourne une nouvelle fois autour de la petite fille, plus lentement cette fois, et semble fournir une guérison parfaite et instantanée. Et la fille récupère de l'opération très rapidement.

Est-ce réaliste ? Comment cette machine pourrait-elle fonctionner ?

La machine semble beaucoup s'inspirer du scanner à rayons X - pour l'aspect ouvert, et la rotation du capteur à 360° - et à l'IRM - pour les images obtenus, où l'on distingue bien les différents organes. Le problème, c'est que les rayons X peuvent causer eux-même des cancers, donc ça ne serait pas idéal pour notre appareil du futur. Surtout que la maman de la petite fille se tient juste à côté, sans protection...
Quant aux IRM, il existe des prototypes "ouverts", en tout cas beaucoup plus ouverts que les longs tunnels que l'on trouve dans la quasi totalité des hôpitaux. Ceux-ci sont à base d'aimants permanents, et le résultat pourrait s'approcher de ce que l'on voit dans le film. Le soucis actuel est de trouver des aimants suffisamment puissants et compacts pour que ce soit pratique, ce qui est loin d'être le cas aujourd'hui. Mais bon, peut-être que dans 139 ans (le film se déroule en 2154), on aura découvert un type d'aimant plus puissant, donc rien de choquant là-dedans.

IRM_permanent.png
Un IRM "ouvert", environ dix fois moins puissant qu'un IRM standard (source)

Par ailleurs, on voit que le capteur possède aussi une tête utilisable pour la thérapie. Cela ressemble à la radiothérapie, où l'on envoie des rayons X à distance pour brûler les tissus problématiques, comme des cancers. Le problème, c'est que ces rayons X brûlent approximativement tout en ligne droite : si vous avez un organe vital juste derrière le tissu problématique, il sera également touché.
Cet appareil de thérapie pourrait vraisemblablement aussi être un appareil de hadronthérapie : il s'agit d'un appareil émettant des protons (on parle de protonthérapie dans ce cas - quels poètes, ces ingénieurs) ou des atomes de carbones (on parle alors, oui bon vous l'avez deviné, de carbonethérapie). L'avantage par rapport aux rayons X, c'est qu'ils n'endommagent les tissus (quasiment) qu'à une profondeur donnée, que l'on peut déterminer à l'avance. L'inconvénient, c'est que cela nécessite un accélérateur de particules à côté du patient. C'est peut-être ça la sorte d'anneau carré à la tête de la banquette ?

hadrontherapie.jpg
Un appareil de carbonethérapie, qui présente un style pas éloigné de l'appareil du film. L'accélérateur de particules n'est pas visible sur la photographie, mais est facilement plus grand que la taille de la pièce... (source)

Comme on le voit, l'appareil de type Med-Bay n'est pas invraisemblable, à partir d'une amélioration raisonnable des technologies actuelles. Mais l'un des soucis majeurs, c'est que ces appareils de thérapie décrits ci-dessus servent à détruire uniquement : c'est adapté au traitement de tumeurs cancéreuses, à la limite pour des cellules malades ou des problèmes vasculaires comme l'athérosclérose, mais on les voit mal s'appliquer à la reconstruction d'une artère, au soin d'une fracture osseuse, ou à la guérison de problèmes neurologiques, sans parler de sa capacité à rajeunir les individu évoquée au début du film.
Et l'on voit la limite d'un appareil "miracle" tel que présenté ici : la diversité des maladies et problèmes de santé est vaste, et il est utopique de penser qu'une technique d'imagerie ou de thérapie sera à même d'englober tous les problèmes qui peuvent atteindre le corps humain.
Mais il reste quand même intéressant de voir comment est-ce qu'on voit l'appareil idéal : un appareil rapide, non invasif, qui fournit un diagnostic fiable à 100%, capable de traiter dans la foulée n'importe quelle pathologie.

Et tout ça... Sans aucune intervention humaine. Est-ce vraiment si désirable ?

Références

Bien sûr, ce billet fait référence au film Elysium, avec Matt Damon et Jodie Foster, qui sans être exceptionnel est un bon film d'action / science-fiction. Le fond est une critique intéressante mais facile du système actuel, et la fin, pas spécialement crédible, peut être vue de deux façons, positive ou négative - mais je vous laisse regarder des critiques de film qui font ça mieux que moi : io9, what elysium did wrong and what it did right ou encore une critique de la fin du film.
Au moment de relire ce billet avant publication, j'ai découvert que la question du fonctionnement du Med-Bay a été posée ici. La réponse est en accord avec le contenu de billet, ce qui est plutôt rassurant.